Mes aventures

Explor’actrice du monde de demain, je me lance dans l’auto-fabrication d’une tiny house comme lieu de vie. Une seule condition, qu’elle soit expérimentale et pilotable par un blob !

Capture d’écran 2020 08 16 à 14.56.15 Explor’actrice du monde de demain, je me lance dans l’auto fabrication d’une tiny house comme lieu de vie. Une seule condition, qu’elle soit expérimentale et pilotable par un blob !

La Case Lab, une nouvelle fab-uleuse aventure !

Digitale nomade et ambassadrice du mouvement Maker en France depuis plus de 5 ans maintenant, je parcours le globe pour explorer et rencontrer des géo-trouve-tout brillants, inventifs et inspirants du bidouillage : les Makers. Au fil de mes rencontres, je découvre une culture et communauté forte et engagée, dont les fondements reposent sur l’économie collaborative et l’intelligence collective. Pour ces artisans accomplis, aucun défi n’est impossible !  Un concept qui me rappelle l’univers du Burning Man sur les mêmes valeurs. Cette base a pavé le chemin que j’emprunte aujourd’hui.

Puis, au printemps 2020 arrive la pandémie du Covid-19. Je termine alors mon contrat de chargée Open Innovation pour un groupe immobilier nantais. En tant que consultante en communication et journaliste d’impact, je me demande comment anticiper le nouveau monde et participer à la transition environnementale ? Avec un trop petit budget en poche pour anticiper l’avenir, penser à demain, acheter une maison, où je ne saurais où m’installer… Le temps est venu pour moi de changer de vie ! Avec pour tout bagage, l’expérience acquise et une sensibilité forte pour les univers collaboratifs, je décide alors de repartir en vadrouille à la rencontre des fab labs de France. Je démarre alors cette grande tournée par le Sud-Ouest, à Toulouse, le berceau du mouvement maker en France ! Je rejoins ainsi le collectif de makers ingénieurs et ingénieux de Lîlegal qui propose de m’héberger pendant ce happy road-trip d’une semaine dans la région de la ville rose. J’y découvre un éco-lieu extra et ordinaire, autonome en énergie, une représentation parfaite du ‘Cyber Moyen-Âge’ !

Une idée complètement folle, mais réalisable ! Bienvenue dans la culture de tous les possibles !

‘’Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !’’ Citation de Mark Twain

Autour d’un déjeuner, l’alchimie opère. Chacun jette sur la table ses idées les plus folles. Très vite une idée commune se détache : fabriquer une tiny-house, une micro-maison mobile, écologique et expérimentable. Elle sera équipée en énergie vertes et autonomes comme l’installation de capteurs solaires ou thermiques pour l’eau chaude. Des technologies open source embarquées viendront l’habiller, grâce à l’installation d’innovations low-techs : des toilettes sèches ou un poelito pour se réchauffer (clin d’œil à nos fab-uleux amis du LowTech Lab) et d’innovations high-techs électroniques et robotiques, d’innovations vertes DIY, qui sortent des sentiers battus, issues des fab labs de France. Baptisée “la Case Lab’’, elle frisera l’impertinence clinique, grâce à son capitaine de bord : un blob embarqué ! Kezako? Ni animal, ni plante, ni champignon, le « blob » (Physarum polycephalum) est un être curieux rampant, composé d’une seule cellule géante. Bien que dépourvu de cerveau, il est capable d’apprendre de ses expériences et de transmettre ses apprentissages. Apparu sur Terre bien avant les plantes et les humains, il est l’une des formes de vie les plus primitives visibles à l’œil nu. Pour cette fab-uleuse aventure, Mylène Durant rejoint également le collectif de Change Makers que nous représentons, en tant que correspondante scientifique du blob !!! Elle a également développé le Labo du Blob, site sur lequel vous pouvez apprivoiser un blob grâce à tous les tutoriels présentés. 🙂

Photo Huffington post 3 avec logo 1 1024x691 Explor’actrice du monde de demain, je me lance dans l’auto fabrication d’une tiny house comme lieu de vie. Une seule condition, qu’elle soit expérimentale et pilotable par un blob !
©Le Labo du Blob
Capture d’écran 2020 08 23 à 19.47.17 Explor’actrice du monde de demain, je me lance dans l’auto fabrication d’une tiny house comme lieu de vie. Une seule condition, qu’elle soit expérimentale et pilotable par un blob !

© Lilegal

A terme, je souhaite faire de cette maison minimaliste, un foyer d’innovations vertes. Aujourd’hui finalistes de l’opération ‘Clic Déclic’ de Kiss Kiss Bank Bank, la plateforme de financement participatif, le projet impacte de nombreux entrepreneurs sociaux, des free-lances, des bénévoles. Ils manifestent leur intérêt pour rejoindre l’aventure en apportant leurs compétences à la fabrication de la tiny-house la plus frapadingue de 2020​ ! Nous mettons alors en place des chantiers participatifs de restauration, de fabrication, de décoration avec Makers & Co, un collectif qui développe des tiny houses open-source aménagées en atelier. Tout se déroulera au LOL – Laboratoire Organique de Lustar, un atelier en éco-construction qui anime des chantiers participatifs ainsi qu’à Lîlegal dès la fin Août, sur la semaine officielle du Burning Man – annulé bien évidemment pour cause de pandémie de Covid-19. Co-créer, c’est l’occasion de partager et transmettre des savoir-faire dans la bonne humeur, sans obligation ou contrainte, vivre une expérience humaine incroyable, en créant du lien. Je souhaite aussi dans cette aventure, faire confiance à l’intelligence collective !  #NoFears

‘Cerise sur le pompon’ ! Totalement innovant et grâce à Trezorium, chaque participant recevra un open-badge solidaire ou de fabrication. Ce badge est une reconnaissance d’acquisition de compétences, afin de valoriser les engagements de chacun ! 

 

A travers ce véritable petit cabinet de curiosité, ce labo fou de découverte open source et DIY, je souhaite éveiller la curiosité des visiteurs et embarquer le monde à devenir résilient en s’inspirant d’innovations positives, simples et reproductibles chez soi ! Un projet collectif rempli d’amour et de fab-uleuses énergies. Après l’expérience du Covid-19, il est temps d’éveiller les esprits pour rendre notre jolie planète bleue plus verte !

Cliquez ici : si Vous souhaitez participer à ce projet solidaire et participatif inscrit dans la transition environnementale et surtout plein d’amour !!!!

Cécile  

Facebook  • Instagram • LinkedIn 

Un thé conf(é)iné avec nuage de lait pailleté pour Grand-Mère ?!

Depuis un mois de confinement, on a vu se mettre en place de nombreuses initiatives solidaires et inventives ! Et BRAVO à tous, car c’est en s’engageant qu’on change le monde (comme le Covid-19 mais la version positive de la contagion) Je souhaite vous présenter un projet enchanté, pour ravir vos parents ou grands-parents, les plus de 65 ans ! Grâce à la richesse de leur âge d’or, nous les appellerons les GOLDIES ! Hé oui, ils sont proches de nos coeurs mais physiquement éloignés. Nous souhaitons rompre cet isolement, leur démontrer combien ils nous inspirent, combien ils comptent pour nous, en les divertissant, et  surtout en les faisant participer à une joyeuse Goldies’Boom!

Un collectif international W A R N E D – We Are Retired Not ExpireDNous sommes retraités, pas périmés – met en place un merveilleux projet  : 

Le premier Thé Dansant ON LINE

en Live le dimanche 26 avril à 16h.  

Caliente, Caliente ! En plus d’être un chouette projet associatif plein de sens, né au début du confinement, il a déjà séduit une commune de Bruxelles (une fois !) pour diffuser cette première ‘oeuvre Live’ dans les maisons de retraites d’ Auderghem. Elle invitera même tous les seniors à rejoindre le mouvement depuis chez eux !! Nous espérons donner l’exemple ou propager cette générosité sur le long terme !!  

Le truc en plus, c’est que grâce à Internet, la diffusion est bien évidemment disponible et ouverte à tous, gratuitement, pour suivre l’événement !!!  (à condition d’être équipé d’une télé ou un écran et d’une connexion internet)

Alors petit cadeau, invitez vos Goldies à regarder ce moment de partage !

Toutes les infos sont en bas de cet article pour vous connecter dimanche prochain sur le site du thé dansant. (en cours de création pour le moment)

Une mission solidaire pour propager des bonnes vibrations et de la belle énergie – à défaut de pouvoir faire de vrais câlins, pour dire OUI au confinement et NON à l’isolement !! 

WARNED est constitué d’une équipe d’une vingtaine de bénévoles pluridisciplinaires et de tous âges (dont moi-même hahaha), et au programme : Une heure de LIVE diffusant des mixes des Djs années 70, du yoga du rire, des échauffements et de la danse et de belles surprises… Le tout sera animé par différents personnages de tous genres, licorne et autre… Un projet créatif et récréatif pour recréer du lien et de la solidarité entre tous ! Comptez sur nous pour apporter nos savoir-faire, nos costumes pailletés, notre tenue de licorne !  Intergénérationnel et participatif, nous avons hâte de passer ce moment décalé, original et rempli de bonne humeur avec tous ! Bien sûr, nous n’oublierons pas le partage ‘à distance’ d’une petite tasse de thé réconfortante.

Le collectif Warned a déjà développé un Thé Dansant “Don’t you dare call us old” – non virtuel, une belle réussite qui a rassemblé les Goldies belges ! Sortir au Thé Dansant permet de revêtir son plus beau costume, enfiler sa plus belle robe, “s’habiller le coeur” pour un rdv festif, ça oui ça rebooste l’estime des pensionnaires. Notre désir, prendre du plaisir et en donner, en assistant et en participant aux performances artistiques et ainsi ralentir le vieillissement physique (maladies cardio-vasculaires, cancer ..) et mental (Alzheimer) grâce à la danse et aux activités physiques ! 

Pour ce prochain rendez-vous Live du 26 avril, j’espère que les téléviseurs de nos Goldies supporteront les images hautes en couleur qui seront proposées ! Révolutionner l’univers des Seniors par le Thé Dansant est le projet le plus évident mais il y a bien plus que cela chez WARNED ! Si vous souhaitez diffuser, partager ce chouette projet ou en savoir plus : c’est ici ou sur la page facebook pour les prochains rdv.

On vous LoVe XXL,

Cécile

J’ai visité ces villes hors du temps et des lois et au décor post-apocalyptique aux États-Unis.

Ce billet a été initialement publié le 11 Août 2019 dans le HuffPost.

Vivre hors du temps, hors des lois, bienvenue à Bombay Beach et Slab City, deux ‘Radical Cities’ Made In Californie !

DSC 6630 1024x678 Jai visité ces villes hors du temps et des lois et au décor post apocalyptique aux États Unis.

Vous souhaitez varier votre road trip, loin des touristes et des sentiers battus. Accrochez-vous, tracez dans le désert depuis Los Angeles vers Salton Sea pour en prendre plein les yeux et découvrir ce que vous ne verrez nulle part ailleurs ! Voici un Road Trip hors des normes et des valeurs américaines, au cœur des RADICAL Cities. C’est dans le désert de Sonora, autour de Niland Ca., que se trouve la zone la plus chaude, sèche, aride et la plus basse de Californie avec ses 68 mètres au-dessous de la mer. C’est là où personne ne va, seulement des excentriques illuminés, mais pas que… Des aventuriers de l’extrême viennent vivre ou visiter deux villes fantômes pour y ‘SUR’vivre. – humm… ca donne envie n’est-ce pas ?!

Villes et vies radicales !

{Définition} : Radical,e adj. Qui présente un caractère absolu, total ou définitif

Ici, on ne suit pas les lois américaines et on fuit les normes de la société ! On ne paie pas de loyer, on s’installe, on squatte toute l’année ou pour une saison. Pas d’eau courante, ni d’électricité, on apprend à vivre dans le désert en suivant l’unique loi tolérée ici, celle de l’autonomie ! Vivre en liberté radicale signifie aussi, vivre tel que l’on est, avec sa ‘radical self-expression’ et son ‘radical wild style’. Excentriques, hippies, sdf, américains ayant fait banqueroute, citoyens souhaitant vivre hors du système ou encore les ‘Snowbirds’ – ces retraités en recherche d’aventure ou de chaleur douce pendant l’hiver… Ils sont plus ou moins nombreux et vivent en communauté pour un temps. Tous viennent y chercher la liberté totale et ce petit monde s’organise bien, dans le respect des uns des autres. Tout n’est pas rose, les conditions sont rudes et certains n’ont pas d’autre choix que de vivre ici plutôt que d’être résidents dans un centre social pour sdf en ville. Ici, on survit ou pas… Pourtant, malgré la pauvreté que l’on ressent fortement en tant que visiteur, on s’y sent bien et en sécurité. Ce ‘radical life style’ autorise toutes les singularités ou extravagances. Chacun s’exprime librement comme il le souhaite et sans jugement.

Grâce à Benoît, un ami proche français dont l’âme est ancrée en Californie tout comme moi, j’ai découvert Bombay Beach et Slab City ! Arrêt obligatoire, à condition d’avoir le cœur bien accroché si vous voyagez en plein été – Les températures peuvent atteindre les 50°C. J’en profite pour donner l’indispensable message de prévention : être autonome ! Gasoil, eau et crème solaire seront vos meilleurs amis ! Oui oui !

Sexy Bombay Beach !

Cette ancienne luxueuse station balnéaire de Salton Sea a connu son heure de gloire dans les années 50. Située en plein désert, Salton Sea est une mer artificielle issue d’une catastrophe écologique. Au début du siècle, le Colorado a connu d’énormes crues et des travaux d’irrigation ont été entrepris pour apporter l’eau dans la plaine de Salton, une immense étendue – ancienne mer au temps des dinosaures et même avant ! Quelques années plus tard, une nouvelle crue plus abondante s’est produite pendant plusieurs mois, noyant ainsi la plaine, ses fermes et habitations sur 1000 km2 et créa ainsi une mer intérieure artificielle. Devenant le plus grand lac de Californie, sa superficie change en fonction de son alimentation en eau. Salton Sea nourrit ainsi les exploitations agricoles via des canaux et tout un écosystème marin se développe dès les années 1920. Ainsi, Bombay Beach se développe, pour devenir en 1950, une des plus célèbres stations balnéaires de Californie. Cette plage était à l’époque un paysage de carte postale, un paradis pour les touristes, toujours présenté ainsi sur l’affichage publicitaire du lieu. Des 4×3 mètres plus ou moins d’époque (revisité à l’occasion de la biennale organisée ici en avril 2019 !) que l’on observe avec un sentiment ironique. Plage de sable fin et myriades d’oiseaux migrateurs…

Puis la nature reprend ses droits, le climat aride fait s’évaporer l’eau au fil des années, les prélèvements pour l’agriculture affaiblissent le lac et celui-ci se charge des eaux de ruissellement constituées d’engrais et de pesticides… Suite à l’évaporation, Salton Sea devient un lac pollué, toxique et gorgé de sel déposé par une ancienne mer disparue depuis des millénaires. Plus aucune vie aquatique n’existe. Les riches investisseurs ont fui Bombay Beach il y a 30 ans et ils ont laissé derrière eux la station en état…

Aujourd’hui, Bombay Beach est resté dans son jus. Après de multiples pillages (notamment du cuivre), il ne reste qu’une ville fantôme, une ville morte aux constructions abandonnées, effondrées, des caravanes démantelées, détériorées, des voitures brisées et corrodées. Un paysage post-apocalyptique qui inspire de nombreux réalisateurs de films de ZOMBIES ! (Tu m’étonnes !) Mais wahouuuuu !!! Quelle découverte ! Si vous voulez voir à quoi ressemble la fin du monde, c’est bien par ici qu’il faut passer ! Malgré tout ça, Bombay Beach compte 200 habitants (pendant la haute saison, l’hiver !). Mais son dernier recensement date de 2010… Le 26 juillet 2019, nous y avons croisé 5 personnes au plus !

Au cœur de cette station balnéaire délabrée, un bar semble fermé, il est pourtant bien en activité… Le Ski INN Bar, fier de nous indiquer qu’il s’agit du bistrot le plus bas de l’hémisphère Ouest ! On y déguste une excellente spécialité du chef cuisto mexicain, un accueil très sympa et une déco exceptionnelle ! Pas un cm2 des murs n’est sans être recouvert de billets d’un dollar ! A priori, c’est la tradition depuis toujours ! En voilà un qui n’a pas tout perdu suite à la crise qu’a pu connaître la station !

IMG 3702 1024x768 Jai visité ces villes hors du temps et des lois et au décor post apocalyptique aux États Unis.
Bombay Beach – Ski Inn

La magie de cet endroit est qu’aujourd’hui, de nombreux artistes, makers, tous inspirés par les épaves et la ruine apocalyptique du lieu, y apportent une seconde vie. Cet espace à la fois fantasque et glauque représente un terrain de jeu infini pour les artistes fans de Big Art. Un territoire oublié en pleine renaissance, un lieu où la créativité et l’espace n’ont véritablement aucune limite ! On y trouve une dizaine d’installations d’art permanentes que la Biennale et d’autres groupes d’art progressistes ont abandonnées, ou pas… Depuis 2011, ce nouvel essor efface doucement l’empreinte ‘ZombieLand’ pour laisser place à un accueil plus chaleureux d’art du désert. Expérimentations, spectacles, performances, Bombay Beach est une exposition à ciel ouvert, une toile blanche et poussiéreuse prête à être façonnée par la liberté d’expression d’une communauté d’artistes ! Welcome back touristes !

Radical Slab City !

30 minutes plus tard, même contexte, sauf que cette fois, c’est une ancienne base militaire de la seconde guerre mondiale qui est investie de ses lieux. Il n’y reste que des blocs de bétons, appelés ‘slab‘ en anglais. Welcome to Slab City ! Depuis 60 ans, des marginaux ont développé une mini-ville de 200 permanents qui est aujourd’hui de plus en plus portée par l’art du désert également. Il y est facile de vivre en toute simplicité et très difficile à la fois, à moins d’être bien préparé et organisé face aux conditions radicales que le désert impose. Pas une rue, pas une boutique ! Ce squat ressemble à un campement étalé sur quelques kilomètres carrés à peine. Slab City est le seul lieu totalement libre aux Etats-Unis. Même la police n’intervient pas ici. Malgré que la population ne soit constituée essentiellement d’anarchistes, de sdfs, de ‘Snowbirds’ saisonniers, ce lieu est aujourd’hui populaire grâce à une oeuvre exceptionnelle devenue une véritable attraction : Salvation Mountain – ‘La montagne du Salut’ en français.

C’est l’oeuvre de Leonard Knight, un tableau dédiée à l’amour. Une colline recouverte de centaines de milliers de gallons de peinture latex multicolores ! Décédé aujourd’hui, Knight reste le plus célèbre des Slabbers. Une belle histoire… Knight est arrivé du Vermont dans la communauté de Slab City dans les années 80, avec une montgolfière comme remorque. À l’origine, son plan était d’utiliser Slab City comme base pour un voyage transcontinental en ballon ! N’ayant pas trouvé la solution pour faire voler son engin, il s’est définitivement posé ici à Slab City. Sa dévotion et l’amour inconditionnel qu’il a souhaité transmettre et partager ici, sont amplement à la hauteur de son premier projet et a inspiré de nombreux réalisateurs, comme Sean Penn dans Into the wil d et dans un autre genre, les autres résidents.

Le quartier annexe s’appelle ‘East Jesus’, en référence à Salvation Mountain. Il est tenu par un collectif artistique où les résidents exposent leurs propres sculptures et installation artistique : Plus de 200 artistes de 25 états différents sont déjà passés par ici ! J’y ai trouvé de véritables trésors ! La plupart des oeuvres sont imaginées, fabriquées à partir de matériaux recyclés ! Chacune des bicoques, des mobile-homes permanents ressemblent à des véhicules mutants venus d’un autre monde, d’un univers post-apocalyptique à la Madmax. De véritables Makers à la créativité no limit qui m’a profondément touchée. L’art du désert, un art unique entrepris par des personnes en marge de la société qui constitue l’attrait unique de cette communauté assoiffée de liberté absolue. L’atmosphère à la fois glauque et insolite, un poil ‘freaky’ disparaissent rapidement pour laisser place au lâcher-prise, à la curiosité et la découverte d’un espace hors du temps.

Comment s’y rendre ?

Capture d’écran 2019 07 27 à 02.24.43 Jai visité ces villes hors du temps et des lois et au décor post apocalyptique aux États Unis.

Bombay Beach se trouve à une heure au Sud Est de Palm Springs
puis, comptez 20 miles pour rejoindre Slab City, soit 30 minutes de voiture.

*Tips* Slab City : Sur place, des résidents proposent un hébergement à louer à des prix relativement bas.

À l’Armada, le Cuauhtémoc nous offre une fête des pères pas comme les autres !

En 2019, l’Armada, organisée par l’Association « Armada de la Liberté », fête ses 30 ans. C’est le grand rendez-vous international des plus beaux voiliers et navires de guerre du monde ! Ca se passe à Rouen, sur les quais de Seine. Bravo à son Président Fondateur, Patrick Herr, qui je pense, à l’époque, ne savait pas que c’était impossible, alors il l’a fait ! L’Armada n’aurait jamais vu le jour sans ce passionné, convaincu de suivre ses rêves sur des principes simples : la passion inégalée pour les Géants des mers, la fédération de toutes les collectivités territoriales et de l’Etat, la gratuité de l’événement pour tous les visiteurs et l’engagement fidèle de plus de 400 bénévoles ! Véritable réussite en 7 éditions,  l’Armada nous a encore cette année apporté des étoiles dans les yeux !

IMG 2720 À l’Armada, le Cuauhtémoc nous offre une fête des pères pas comme les autres !
le Cuauhtémoc / Pavillon Mexicain

Mon coup de cœur pour le bateau mexicain : le Cuauhtémoc !

Missionnée pour différents reportages sur l’environnement, j’ai alors pu découvrir l’univers maritime à la fois féérique et très protocolaire. Parmi tous les gréements présents, la fabuleuse Hermione et le Belém ! Tous deux du pavillon français, ils ont des histoires incroyables ! L’Hermione est un navire, qui, en 1780, permit à La Fayette de rejoindre les insurgés américains en lutte pour leur indépendance. En 1997, l’Association Hermione-La Fayette s’est lancée dans une formidable aventure : la reconstruction de la frégate à l’identique et constitue aujourd’hui un élément de notre patrimoine maritime ! Le Belem, quant à lui,  est le nom d’un port du Brésil. Il est le dernier trois-mâts barque français en état de navigation, classé au titre des monuments historiques en 1984.

Nos bateaux ont une belle histoire mais mon attention s’est portée, (comme les milliers de visiteurs unanimes) sur un 3 mâts particulier qui est en train d’écrire la sienne… Le Cuauhtémoc !! Le bateau mexicain a conquis le cœur des Rouennais ! En plus d’être superbe, celui-ci dégage une ambiance particulière de générosité, de partage, de sourire et de bonne humeur ! Le Cuauhtémoc vous embarque dans son sillage grâce à une énergie unique et communicative. Musique, bienveillance, malgré la tempête et la pluie, on ne voit que le soleil mexicain une fois les pieds posés sur le pont de ce bateau ! Un vrai bonheur ! En effet, c’est un voilier aussi majestueux que les autres, pour nous, simple visiteur urbain, mais son équipage en fait un bateau exceptionnel.

 

Le bateau mexicain est le plus populaire, le plus admiré, parmi les 46 gréements présents sur les 7 kms de quais de Rouen, car il déclenche des émotions intenses et de joie par son accueil festif et musical.

Son histoire…

Le Cuauhtémoc est un voilier 3 mâts construit à Bilbao en 1982. Il appartient à la Marine mexicaine qui l’utilise comme navire école. Il mesure plus de 90 mètres de long et son port de base est Acapulco !!! Rien que là, déjà, il nous fait rêver et me donne de l’inspiration pour un prochain voyage !  Il est aujourd’hui le symbole du Mexique, il illustre l’esprit de combativité et d’indépendance, par référence à l’empereur Cuauhtémoc ‘celui qui fonce sur l’ennemi comme un aigle’ ! Ce dernier figure d’ailleurs sur la proue du bateau.

C’est un habitué des défis du monde marin : traversée de l’Atlantique en 22 jours, passage du Cap Horn en 1993. Il sillonne les océans pour faire connaître la culture, les traditions et l’histoire du Mexique et forme aussi la future élite de la marine nationale mexicaine. Il a participé à toutes les Armada ! 1989, 1994, 2003, 2008, 2013 et 2019 ! Il a aussi inspiré de nombreux auteurs comme Michel Bussi dans ‘Mourir sur Seine’ (pourtant, il est loin d’être triste le Cuauhtémoc)

Une surprise extraordinaire !

IMG 8896 225x300 À l’Armada, le Cuauhtémoc nous offre une fête des pères pas comme les autres !
Le Commandant du Cuauhtémoc Carlos Goarrez

Aucun doute, sur l’Armada, c’est SUR le Cuauhtémoc qu’il faut être en visite et de jour, comme de nuit ! En découvrant son histoire, la culture et les messages portés par les marins, le capitaine, le commandant, une véritable amitié se développe avec cet équipage exceptionnellement sympathique ! Carlos Goarrez, le commandant et César Arriagam, le Capitaine, m’apprennent qu’ils recherchent un photographe professionnel pour les accompagner à bord, lors du grand départ de Rouen, dimanche, soit le jour de la fête des pères ! Ca tombe à point nommé ! Mes parents, retraités, mais toujours très actifs, sont photographes. Il m’a fallu 5 minutes pour convaincre mon père et lui proposer une expérience extraordinaire ! Sa mission, s’il l’accepte : réaliser les nouvelles photos officielles du Cuauhtémoc ! Malgré la pression, la communication parfois difficile à cause de la langue (ne parlant pas encore espagnol ) Hugues et Dominique Ravaux, ne se sont pas dégonflés et les voici, après 4 bonnes heures de route à Rouen ! La seule crainte de mon père, pouvoir débarquer à temps pour ne pas les suivre jusqu’en Hollande !

Bonne fête Papa !

Une journée incroyable, pleine de musique et de surprises, comme le passage de la Patrouille de France a rendu cette navigation inoubliable ! Je souhaite partager avec vous les photos que mon père a alors réalisées.

 

L’Armada, en quelques chiffres…

Des marins et des navires

–          7 000 marins

–          46 navires

–          2423 h de visites en 10 jours

–          3 300 visites/jour sur l’Hermione : Record à bord du navire !

–          120 h, c’est la durée record de temps de visite sur le Cuauhtemoc !

 

Les quais de l’Armada, des stands et des hommes

7 km de quais

– 230 stands pour 15 villages

– 100 000 sacs recyclables distribués par le Département de la Seine-Maritime

– 700 000 visiteurs / jour pendant 10 jours !

– 7 000 gourdes /jour distribuées par la Métropole Rouen Normandie

– 750 kg d’huîtres offertes à la dégustation et 160 kg de bulots offerts de IGP de la Baie de Granville

 

Merci à Béa et Annick, mes super Wonder-women qui m’ont aidé à réaliser mes reportages tout au long de l’Armada! Et pour compléter la dream team, Alexis et Hervé Photographe !!! Love, love, coeur, coeur, licorne!

 

Tous gardiens de l’Amazonie!!!

Vous faites quoi demain les choux?! Et si tous ensemble, on sauvait notre jolie planète bleue pour la rendre plus verte !!!  Bel objectif, non? Free-lance depuis deux mois maintenant – Héhé 😉  la semaine dernière, je suis appelée par Jean-Pierre Dutilleux – fondateur de l’association Forêt Vierge, (vous voyez l’Amazonie, les poumons de notre planète, c’est là) pour accompagner sa communication et suivre la Tournée Européenne du grand Cacique Raoni, l’ambassadeur du monde indien et de la forêt !!! 

Wouhou!!! Quel rêve! Me voilà partie à tout apprendre sur ce célèbre chef, défenseur de la forêt amazonienne, qui porte un plateau sur la lèvre inférieure. Une nuit pour lire et tout apprendre sur ce grand Monsieur, ce grand Chef Indien qui a fait vibrer tout mon corps par tant d’énergie, profonde et invisible, mais palpable quand il m’a salué et pris dans ses bras dimanche dernier. Drôle de sensation que je n’avais encore jamais ressentie… J’ai trouvé mon nouveau Mentor… J’espère que je ne vais pas commencer à parler à mes plantes lol mais je perçois maintenant les flux d’énergie que l’on peut voir circuler entre les arbres dans Avatar ! 😉

View this post on Instagram

2 cultures opposées et pourtant… beaucoup d’émotions et de fierté pour cette nouvelle mission! Accompagner les messages du grand chef cacique amazonien Raoni à l’occasion de sa tournée européenne! 🌳✨✨✨ Je ne peux absolument pas communiquer avec lui, il parle un dialecte même différent du portugais. Mais sa présence vous transperce, je ressens son énergie passer dans mes veines! Raoni ma transmis un message très puissant, grand guerrier, il m’a dit (traduction incluse) qu’il était prêt à mourir pour protéger son territoire des invasions, des incendies et protéger les siens, les 1ers descendant des brésiliens. Une force et une énergie magique se dégagent de ses mots et maux. J’ai les yeux qui piquent!.. J’espère de tout cœur qu’on arrivera à protéger l’Amazonie en grand danger! Merci d’être parmi nous, Grand Chef, merci de ta confiance. Moi aussi, comme toi, je souhaite être une gardienne de la forêt et je suis sûre qu’on faire changer et évoluer le monde pour un nouveau monde plus responsable. 🌳🌳🌳👉@tourneeraoni #jesuisraoni #environnement #changementclimatique #climatechange #gardiendelaforet #tousensemble #gratefullness #amazonia #jesuisamazonie #amazonforest #instagreen

A post shared by 𝑪𝒆́𝒄𝒊𝒍𝒆 𝑹𝒂𝒗𝒂𝒖𝒙 (@cecileravaux) on

On ne connait rien (où avouez, on se fout pas mal) de cet indien peinturluré vivant dans une tribu en plein coeur de l’Amazonie ou le Wifi ou même l’électricité sont à plus d’une semaine de marche. Et pourtant, il devrait être au coeur de nos préoccupations.

Tout d’abord, apprenons à le connaître ! Raoni est le grand chef des indiens Kayapos – la réserve sud de l’amazone, le bas Xingu! Le Xingu est la plus grande réserve indigène du monde !!! On ne connait pas son âge, mais on estime qu’il a 87 ans.  Il porte dans la lèvre inférieure un labret – un plateau de balsa de 13 cm qu’il a commencé à porter dès ses 16 ans. Il est le dernier indien à porter cet accessoire qui est la grande marque des guerriers ‘prêts à mourir pour leur terre’. ! Les indiens se teignent le corps pour se camoufler et impressionner lors des cérémonies ou de combats contre les ennemis. Aussi, cette teinture noire provient d’un fruit brésilien: le jenipapo et permet de se protéger des moustiques 🙂

Cette tournée est son dernier voyage, son dernier combat. Raoni est une force de la nature, qui a combattu, chassé des panthères (oui oui!!) et se bat aujourd’hui pour alerter le monde occidental et faire entendre sa cause, son alerte, pour la dernière fois. L’objectif de cette tournée est de rassembler 100 000 € pour borner les frontière du territoire Kayapo ! Indispensable à la survie de tous les êtres humains (donc toi, moi, nous! ) et des espèces animales et végétales! Bien sûr, il faut beaucoup plus, mais lors de sa tournée, chaque pays participe. A nous de contribuer et pouvoir être fier de dire Je Suis Gardien de L’Amazonie!! Il n’y a pas de petite participation ! 👉 2 € = 1 hectare protégé ! 👈 

IMG 1569 e1557951298465 225x300 Tous gardiens de lAmazonie!!!
Le Chef Cacique Raoni, par JP Dutilleux

IMG 1547 e1557951627412 245x300 Tous gardiens de lAmazonie!!!
Le Chef Cacique Raoni, par JP Dutilleux

 Avant qu’il ne soit trop tard…  TOUS Gardiens de la Forêt!

Nous devons TOUS agir pour protéger les tribus amazoniennes et ainsi Mère Nature! L’Amazonie !! Les indiens d’Amazonie sont les gardiens des dernières forêts primaires et indirectement les gardiens de la planète! Nous devons les soutenir, nous avons besoin d’eux, nous devant nos divers écrans HD… Les protéger, notre rôle sera !  dixit un autre grand maître : Maître Yoda. 

Aidons Raoni à rassembler les fonds nécessaires pour protéger son territoire ! #JeSuisAmazonie ou #JeSuisRaoni ! Créons tous les Hastags que nous souhaitons, du moment où nous agissons ! Ainsi, nous préservons la culture des tribus amazonienne qui ont tant à nous apprendre, ils connaissent les plantes et leur qualité médicinale comme personne ! Ils communiquent avec la nature, la protège contre les orpailleurs illégaux qui viennent détruire les arbres et répandre du mercure en plein coeur de l’Amazone ! Borner les frontières du territoire Kayapo est indispensable également pour les préserver des incendies de plus en plus fréquents. C’est aussi protéger les trésors de sa biodiversité !  Le Parc National du Xingu représente 6 fois la Belgique !!! Le sort des indiens n’a jamais été autant menacé, d’autant plus que le nouveau président brésilien est un fervent partisan de l’exploitation de la forêt… Protéger les indiens, c’est protéger les gardiens de la forêt. ( encore une fois?..ou vous avez capté le message maintenant?! )

Raoni m’a dit : ‘Après ma mort, je souhaite que les Indiens vivent tranquilles dans la forêt, qu’ils puissent chasser, pêcher, chanter et danser au village. C’est la vie des Kayapos !’ Mais si on regarde bien, c’est grâce à eux que nous sommes qui nous sommes. 😉

Moi, je suis gardienne de la forêt ! Alors, à vous! Devenez gardien de la forêt en cliquant ici. 
Je vous invite aussi à lire sa fabuleuse histoire, cette vie aux antipodes de notre culture 3.0!  Raoni, Mon dernier voyage.  par Jean-Pierre Dutilleux (il y a même des photos de Raoni quand il était petit, enfin, jeune chef guerrier !!)

Vous pouvez également suivre les actions de l’association forêt vierge, créée par JP Dutilleux et dont Raoni est le Président d’honneur ici : www.foretvierge.org

Et encore une fois : Protéger les indiens, c’est protéger les gardiens de la forêt ! c’est en cliquant maintenant !

Je compte sur vous les loulous ! <3

#gardiendelamazonie #forever #jesuisraoni

IMG 0753 150x150 Tous gardiens de lAmazonie!!!