Le Voyage à Nantes, anneaux de Buren

Le Voyage à Nantes, une source d’inspiration et d’innovation !

La semaine dernière, à l’occasion de la Digital Week de Nantes, j’ai participé à la Learning & Grooving Expédition organisée par l’agence Nantes Saint Nazaire développement et Francky Trichet, adjoint au maire de Nantes en charge de l’innovation & numérique. Trois jours chrono pour découvrir la dynamique éclectique de la “ville la plus déjantée de France” selon le Sunday Times, avec comme objectifs : parcourir les innovations numériques et comprendre l’attractivité territoriale et touristique de l’Ouest !

Un mot à retenir : Magique.

Aujourd’hui connue sur le plan touristique grâce aux Machines de l’Ile, la compagnie Royal de Luxe et la fameuse ligne verte du Voyage à Nantes estival, la smart-city Nantaise va crescendo depuis une dizaine d’année. Elle attire les nouvelles startups en recherche d’une qualité de vie meilleure et d’un écosystème créatif bienveillant et bouillonnant.

Comment ne pas tomber sous le charme de cette ville étonnante?

La culture et l’innovation sont les maîtres mots de l’émancipation de Nantes et même un poil plus loin, de St Nazaire désormais. C’est sous le soleil, dans la bonne humeur et en vélo que je visite les spots alternatifs, de co-living, co-working, les installations numériques, artistiques et les friches en pleine restructuration.

A Saint Nazaire, j’assiste à un superbe coucher de soleil. Le moment est bien choisi par M. Le Maire, M. David Samzum, et Francky Trichet pour présenter à leurs invités influenceurs, médias et startups, l’avancée de ce territoire en pleine effervescence. Leur volonté : développer la grande métropole Nantes / St Nazaire et accompagner la transformation industrielle et l’ouverture au numérique, dont ils peuvent être fiers grâce à un état d’esprit unique en France ouvert à la créativité et au mélange artistique et technologique.

Je découvre aussi les trésors cachés de Saint-Nazaire, enfin cachés…pas évident vue la taille… Un patrimoine historique solide (avec des murs de 6 mètres d‘épaisseur en béton) – Une ancienne base navale réhabilitée aujourd’hui en musée maritime, (on peut même y visiter un sous-marin) et des alvéoles s’ouvrant sur l’océan. Un spot hors du commun, tel les entrepôts underground très tendances de Berlin. Ce blockhaus gorgé d’histoires et d’émotions datant de la 2ème guerre mondiale, nous transporte très bien dans les scénarios dignes des séries Netflix, tous genres confondus ! Bref, j’ai kiffé Saint Nazaire.

Je kifferai l’expérience nantaise aussi… pour son degré de créativité sans limite !

Le voyage à Nantes

Je vous raconte ! « La culture ici, c’est sacré !» Le mot d’ordre est lancé par Jean Blaise. Son histoire, sa vision, le Voyage à Nantes nous est retracé tel un conte de fée par le grand maître! Star du storytelling? Non un homme humble, passionné et donc passionnant à écouter! 🙂

Ma seule envie, découvrir toutes ces installations artistiques, innovations et voir l’éléphant ! Le voyage à Nantes, c’est l’art dans la ville ! Imaginé par ce directeur artistique qui a déjà un beau palmarès comme la création de la nuit blanche à Paris, le voyage à Nantes vous invite à suivre une ligne verte marquée au sol, pour un parcours de 12 kms dans la ville. On visite les lieux culturels, les installations artistiques dans l’espace public, sans oublier les Machines de l’Ile !

Il est très commun pour les nantais de parler du dragon, de faire le tour de l’Île à dos d’éléphant qui arrose les passants ou de croiser une araignée géante.

Aujourd’hui les ambitions sont de plus en plus folles. Tout est possible à Nantes ! Le prochain projet : L’arbre aux hérons !!! Une merveille poétique, imaginée par François Delarozière et Pierre Orefice, (des Kings en terme de créativité!) Une aventure audacieuse et extraordinaire avec une structure métallique de près de 2000 tonnes d’acier ! Tout comme l’éléphant et dans la lignée des machines déjà existantes, cette merveille fera voyager les plus grands comme les plus petits en partageant un langage universel, celui des émotions. Une opération de crowdfunding sera lancée début octobre afin de faire naître ce splendide projet. mais chuut, je ne voudrais pas spoiler le lancement dans les prochains jours… 😉 Restez au courant en cliquant ici.

Le truc qui m’a séduit : une ville où l’atmosphère est positive, une smart-city éco-responsable où tout le monde est en vélo!

Le truc qui m’a fait sourire : Panneau signalétique ‘attention, traversée d’éléphant’

Le truc qui m’a bluffé : BatiPrint3D – une startup qui construit des maisons en impression 3D !!! oui oui oui !!! La 1ere mondiale est en réalisation et doit être livrée d’ici peu, une maison de 95m2, appelée Yhnova. les infos ici

Le truc qui m’a donné envie d’aller plus loin : Maiamater : Un camp d’entrainement pour sortir la science des laboratoires ! Il rassemble et fédère étudiants, entrepreneurs, start-ups ETI, laboratoires scientifiques nantais à travers un programme de transmission de savoir et de partage d’expérience. Un éco-système prometteur qui devrait séduire les étudiants du monde entier !

Le truc qui m’a fait rire : un bar installé sur une barge ‘les docks’ qui avait comme nom « La levrette ». Nom de la bière distribuée. #JeuxDeMotsBidons

Le truc qui m’a fait rêver : Les machines et l’éléphant en acier évidemment !

L’ effet Wahou : des installations artistiques aux 4 coins de la ville, un toboggan sur les remparts du château, un terrain de foot courbé, un sol martien comme playground pour les enfants… ca me rappelle un événement, un festival incroyable où la créativité est sans limite : Burning Man !

Le truc qui m’a déçu : c’est qu’il faut repartir !… mais pour mieux revenir !!

Le truc en plus : un état d’esprit unique en France, où l’art et l’innovation ne font qu’un ! Startups, entrepreneurs, makers, investisseurs, vous vous reconnaissez dans ces termes ? Nantes est faite pour vous !

A 2h de Paris en TGV, avec une programmation culturelle foisonnante, l’expérience nantaise est un véritable art de vie ! Poussez la curiosité jusque là et venez constater par vous même !

Le retour en image sur la Digital Learning Expédition de Nantes St Nazaire Développement, c’est ici!

Afrika Burn, Mon Amour !

Rentrée pleine d’énergie de de ‘good vibes’ depuis quelques jours du Nevada et de mon 4ème Burn consécutif à Black Rock city, la magie a encore opéré, telle une parenthèse enchantée que l’on s’accorde pour une petite semaine. Des étoiles pleins les yeux, des émotions plein coeur par tant de partage, de découverte, car comme d’habitude, j’ai rencontré des gens extraordinaires, fait de l’avion survolant Burning Man, participé à une douche collective, mangé un hot-dog et bu un thé glacé au milieu du désert, échangé des gifts à n’en plus finir et découvert des installations artistiques de plus en plus folles d’année en année. J’ai ri et pleuré de bonheur, mais face à cette immensité, sur mon petit vélo, sous des températures de plus de 45°C, je me suis parfois découragée à arpenter la playa et ses merveilles. Cette édition a rassemblé 80 000 personnes et fait grossir la playa de façon exponentielle!

Cependant, Burning Man reste magique, c’est le lieu idéal pour apprendre à se découvrir, à lâcher prise mais connaissez-vous les régional burns? Je vous raconte…

Plus tôt, en avril, j’ai souhaité changer de décor – ou plutôt de désert… Direction désert de Tankwa karoo à environ 5h au Nord de Cap Town, histoire de vivre un burn plus authentique m’a t’on dit, car moins populaire mais s’inspirant des mêmes valeurs que le Burning Man et dans un pays que je ne connais pas du tout, l’Afrique du Sud!!!

L’expérience Afrika Burn – Le petit frère du Burning Man

L’Afrika Burn fêtait déjà son 11eme anniversaire en Avril 2017. Pour comparer les deux événements, Burning man reste Burning Man, le Las Vegas aux milles lumières et structures artistiques démesurées, quant à l’Afrika Burn, un effectif beaucoup plus petit – 13 000 personnes, mais beaucoup plus convivial, car on y rencontre plus de familles, des enfants, des structures moins impressionnantes mais l’investissement humain dépensé est semblable aux immenses projets américains. Tout est une question de proportionnalité. Rien de différent par rapport au Burning Man, excepté la taille, la définition de la playa qui n’est pas en demi-cercle, et les zones de campements préparées en amont par l’organisation grâce à l’installation d’immenses toiles, tels des chapiteaux de cirque harmonieux, afin qu’on puisse s’installer avec notre propre équipement.

 

DSC 6867 300x199 Afrika Burn, Mon Amour !
Le High Camp – Deep Playa

Une grande surprise pour moi qui avais peur au départ  – allez, je l’avoue – de m’ennuyera été de constater qu’il s’agit de la taille idéale. On dispose du temps nécessaire pour apprivoiser cet espace agité, pour se laisser surprendre par les rencontres et les éblouissantes installations et surtout pour développer une complicité unique à travers d’intenses délires avec les festivaliers que l’on recroise régulièrement.

Comme pour chaque burn, pour certains, un temps d’adaptation est nécessaire pour se familiariser à ce nouvel environnement. Les tempêtes de sable, la chaleur, le froid, la poussière, le manque de sommeil, l’hygiène, la nourriture et l’eau rare vous forcent à sortir de votre zone de confort. On se fatigue vite et on souffre bien souvent de blessures aux pieds. Malgré ces conditions difficiles, le moment tant attendu vient, tel un reconditionnement cérébral, une renaissance, c’est en laissant le lâcher-prise agir que l’expérience prend tout son sens. Au-delà des limites physiques, la bienveillance, vous plonge dans une utopie où les ‘hugs’, câlins, se produisent même avant un simple ‘bonjour’. Bienvenu dans un univers garni d’actes altruistes dans lequel les règles ont changé, nous avons quitté notre mode de vie habituel pour des rencontres fortuites mais indélébiles. Un état d’esprit plus libéré se développe ainsi et unit les explor-acteurs.

DSC 5807 300x210 Afrika Burn, Mon Amour !
Tutu Tuesday

Une journée à l’Africa Burn

Au premier matin, alors que je pense juste jeter un oeil furtif sur l’immensité de la playa et ses nombreuses constructions avant mon petit déjeuner, je croise et discute avec Mickael Jackson (simple pseudo d’un américain de Miami) qui m’a proposé de monter sur le tapis volant passant à cet instant devant de nous. Nous nous sommes arrêtés un peu plus tard devant une Game Boy géante, qui diffusait un super son! Quelques secondes ont suffit pour nous faire bondir hors de notre véhicule mutant. Notre objectif: arrêter chaque passant pour organiser une party improvisée sur un dance-floor inexistant jusque là. Nous réunissons une trentaine de personnes, les sourires nous comblent et l’enthousiasme est contagieux ! En partant de rien, sans savoir ce qui allait s’y passer et après quelques pas de danse (oui, c’était une de mes chansons favorites) un regard a suffi pour créer un mouvement intuitif qui nous a tous rassemblé sans partager un seul mot. Une centaine de mètres plus loin, j’aperçois la Tour Eiffel. Haute de ses 5 ou 6 mètres, elle invite à sa base, à pénétrer dans un camp nommé le Petit Paris où l’on déguste des produits aux saveurs de chez nous en écoutant de la musique française. J’y croise un homme nu, enguirlandé de feuilles de vigne pour cacher l’essentiel. On se serre fort dans les bras ‘hug’ et c’est reparti pour une balade à bord d’un train à tête de dragon. Les gens sont superbes, illuminés par leurs costumes de paillettes multicolores qui se reflètent dans le soleil. Je n’ai jamais rien vu d’aussi beau, la lumière, les sourires, la poussière, visuellement, c’est parfait. Un véritable paradigme de ce que l’on peut être vraiment, quand on se libère.

DSC 5802 300x233 Afrika Burn, Mon Amour !
Je vous avais dit… la tour Eiffel & Didier, son créateur

Telle une incohérence dans mon champs de vision, j’observe un T-Rex se dirigeant vers nous! Ma question est de comprendre comment il peut supporter la chaleur sous son costume gonflable orné d’écailles et de paillettes. Il me dit que tout va bien et me propose du chocolat, sorti de nulle part! Diiiingue, non?

En reprenant la route, je chevauche une licorne, croise un immense escargot blanc roulant puis je m’aperçois qu’on est plus proche du coucher de soleil que du petit déjeuner! Cherchant en vain à rentrer à mon camp, afin d’enfiler mes costumes de lumières, leds et wires multicolores afin d’être bien visible de nuit et évidemment m’apprêter comme si c’était le plus beau jour de ma vie. Et ça l’est ! César sur son char de soldat romain, tiré par un cheval d’acier, me propose de me déposer plus loin. Ce que j’accepte volontiers afin d’arriver à mon camp rapidement… En descendant de cette belle chevauchée métallique, il me reste qu’une centaine de mètres à parcourir. En pratique, ce trajet me demande à peine 5 minutes de marche, mais ce challenge s’avère quasi-impossible. Chaque personne croisée est une nouvelle invitation au voyage. J’ai été enfermée dans un cercueil, descendu une tyrolienne, fait un hammam et je me suis baignée dans une piscine improbable et “dusty” avec des flamants roses ( je vous rappelle qu’on est en plein désert). Il m’aura fallu la journée pour faire 400 m! (je précise : aller/retour) Puis un guerrier Viking m’interpelle sur les derniers mètres avant la ligne d’arrivée.

DSC 6842 300x174 Afrika Burn, Mon Amour !
Vous avez dit… Piscine???

Afin de ne pas être embarquée dans de nouvelles aventures folles, je sors ma stratégie de détournement afin d’atteindre mon objectif : rentrer!! Je lui propose de venir savourer un cocktail dans mon camp. Il accepte. Nous arrivons enfin et j’ai l’agréable surprise que mon camp m’ait gardé une petite assiette et qu’ils organisent un happening que j’ignorais.

Mon camp est constitué d’une cinquantaine de personnes worldwide. On ne se connait pas tous, mais nous avons tous participé et aidé le groupe initial des Sud Af’, à distance ou pas, depuis environ 6 mois à monter ce camp complet et organisé, à trouver des fonds et construire un art-car (véhicule mutant) et deux robots géants, R2D2 et 6P0, installés à l’entrée de notre petit village.

Une partie de ma ‘crew’ organise alors à cet instant des sex olympic games! Le viking et moi ne nous connaissons que depuis quelques… minutes. Quoi de plus drôles pour les organisateurs que de nous inscrire parmi les participants. Le but: déshabiller le plus rapidement possible son partenaire sans utiliser les mains! Et quel partenaire! Un viking d’1 mètre 98, accusant les 120 kgs à la pesée! Pas facile quand il s’agit d’une armure constituée d’acier et de cuir! Bref, une belle crise de rire. Bref, on a perdu… Bref, ce n’est que le premier jour…

DSC 6743 300x195 Afrika Burn, Mon Amour !
Les stars du camps NowNow

Tous ces moments vécus dans une même et seule journée vous poussent à la désinhibition. Il reste dans mon esprit une belle et folle expérience. On réfléchit beaucoup sur soi-même. Le désert, la solitude, les émotions, les gens, nous apprennent un peu plus sur nous,  à chaque instant durant cette semaine incroyable guidée par l’autonomie, le contrôle de ses limites (hors default world), le non-jugement de chacun et dans une osmose complice. Il s’agit de s’accepter soi-même et se respecter, tel que l’on est. On apprend à mieux s’aimer. Qu’on soit petit, grand, gros, gras, le même accueil est réservé à tous. Chaque personne que l’on rencontre est là pour vous rebooster. On peut parler de la culture du Smile ‘sourire’ et de la bienveillance! Cette potion magique vous requinque à bloc (comme on dit chez moi dans ch’nord) On m’a tant dit que j’étais magnifique sous ma perruque verte et mon pseudo de playa ‘Barbara from santa Barbara’ ou ‘Lille from Cécile’. Il est vrai que j’adore rire mais avant tout j’adore faire rire et laisser une trace de bonheur sur mon passage.

DSC 6832 300x199 Afrika Burn, Mon Amour !
Smile and happiness on playa